commande

librairies

liens

 


contact


Agenda


Vient de paraître

« Le charmeur de rats » de Marina Tsvetaeva.

« L'entre-terre » de Karine Marcelle Arneodo.


À paraître

« Ultime anthologie » d'Idea Vilariño.


Couverture Films en prose Jacques Sicard

ISBN :
978-2-917504-09-3
208 pages
Format : 15 x 21 cm
Prix : 25 euros

 

Jacques Sicard

Films en prose

Postface d'Olivier Gallon

Avec une approche singulière du cinéma, Jacques Sicard nous livre depuis une quinzaine d’années des proses sous forme de "ciné-poèmes", dont se trouve réunie ici une large sélection taillée dans l’ensemble considérable de ce qui constitue un Journal intime – « Journal, selon les mots de l’auteur, on ne peut plus réel, parce que seules (ou presque) les images témoignent ici d’une existence, parce qu’il a la matérialité des choses et parce qu’il reste ouvert ».
De la même façon que ce livre se devait lui aussi de « rester ouvert », de même le seul ordre alphabétique des auteurs-cinéastes par lequel il s’ouvre n’aurait pu, par son systématisme – le nivellement du temps d’une lettre à l’autre de l’alphabet – accueillir sincèrement ces quelque 150 proses. C’est pourquoi, une fois la dernière lettre atteinte, succèdent ainsi cinq ensembles, selon la résonance des textes entre eux pour les trois triptyques et la « brève séquence somnambulo-insomniaque », et selon une chronologie plus ou moins rigoureuse des frères Lumière à nos jours pour la « Suite monochrome ».
Envoyées au fil des jours et des années par leur auteur, ces proses ont peu à peu suscité ce livre.

* * *

Quand chaque image de plus est une journée de moins. Il y a un si grand nombre d’heures à passer chaque jour. Quand, chaque cadre ou plan efface une trace réelle, jusqu’à ce qu’aucun moment ne contienne plus rien du monde. Printemps précoce.

Jacques Sicard


* * *

« Naissance de Jacques Sicard en 1949 dans une ville moyenne et sans relief au bord de la Méditerranée ; aujourd’hui, résidence close non loin de là, sur une presqu’île naguère de cabanes et de pêcheurs ; activité alimentaire, à titre de civil, jusqu’à fuite bien avant l’âge légal à la faveur d’une restructuration, dans un des arsenaux de la Royale situé à un jet de pierre de la rue natale ; dans ce monde qui ne fait pas vingt pas, les films de cinéma ont accompagné ses jours au point d’en constituer le journal intime. » J. S.

* * *

Autre livre de Jacques Sicard aux éditions La Barque : ABÉCÉDAIRE (2013)